Mon séjour à l'hosto à 29 semaines

Publié le par The mum day

Mon séjour à l'hosto à 29 semaines

Me voilà de retour après 4 jours d'hospitalisation, bien évidemment totalement imprévus !

J'espère que mon histoire servira également aux futures mamans, qui comme moi, ne comprennent pas tout ce qui leur arrive entre toutes ces transformations corporelles. Je suis donc tout pile à 29 semaines de grossesse et cela fait depuis le 4e mois que j'ai des contractions. Tout le monde explique que les contractions sont normales et sont signes que l'utérus se préparent à l'accouchement. Bon, ok à condition, que les contractions ne soit pas trop fréquentes et pas douloureuses. Sauf que moi, j'avais très mal à un endroit précis du ventre et pas l'utérus tout entier. Et puis, en travaillant et en étant bien active, les contractions passent un peu au dessus de la tête.

Nous sommes un vendredi en fin de semaine et décide de voir un médecin à côté de chez moi car mon médecin traitant est en vacances (vive le mois d'août). En montrant mon bidou au médecin, celui-ci me fait de gros yeux en voyant ce bidou tendu comme une arbalette en pleine contraction. Au bout de 2 minutes, rebelotte. En tatant, mon ventre, une douleur tellement forte m'a faite craquée et j'ai éclaté en sanglots :-/

J'avoue que ce médecin a très bien réagi, il a appelé le labo qui m'avait fait un examen d'urines le matin même, puis ma clinique pour demander s'ils faisaient une échographie abdominale. De là il me conseille d'aller aux urgences du CH d'Aix où je serai entièrement suivie.

Pour tout vous dire, j'ai toujours cru que j'étais un peu comme dans le film "6e sens", c'est à dire que je n'ai jamais été malade, jamais hospitalisée. Donc rien qu'à l'idée d'aller aux urgences, c'était la panique ! Heureusement futur papa était à la maison pour m'amener en ce vendredi 19 août à 19h et me rassurer.

Arrivés aux urgences, je suis de suite envoyée à la maternité. Par chance, seuls deux personnes sont en salle d'attente mais nous avons quand même patienté 1h30. Je me suis d'ailleurs posé la question de signification du mot "Urgences" car à priori ces personnes étaient complètement zens et semblait venir ici car elles n'avaient pas le temps de prendre rendez-vous !! Bref nous patientons...

La gynécologue nous prend ensuite en charge, elle nous parlait avec une douce voix pour nous faire comprendre que nous étions entre de bonnes mains bébé et moi. De là échographie :

- Placenta OK

- Coeur de bébé OK

- Col OK

Etant donné que j'ai dépassé les 28 semaines de grossesse, je dois automatiquement faire un monitoring. Il est 22h30.

Nous voilà donc en salle de pré-travail à l'accouchement, endroit que je n'avais jamais visité ! Je me serai quand même passé de cette visite découverte :-/ Les sages-femmes, qui ont toujours le sourire, me mettent donc sous monito (que je n'avais jamais fait non plus), puis nous laisse 20 minutes futur papa, moi et bébé qui nous fait bouger au rythme de son cœur. On se croyait en Rave party mais au moins cela permettait de se détendre et de rire de la situation...

Sauf que la sage femme et la gynécologue reviennent, mais sans leur sourire cette fois-ci, et m'indiquent que vu la fréquence des contractions, je suis en plein travail avec un risque d'accouchement. Ils enclenchent alors le protocole sous Adalate en continuant le monito avec une prise de cachet toutes les 10 minutes. Les contractions ne se calment toujours pas. Encore dix minutes, c'est un peu mieux mais toujours inquiétant...Nous allons jusqu'au bout du protocole, en même temps, nous entendons dans la salle d'à côté une futur maman à 9 mois qui pensait accoucher sauf qu'elle est renvoyée chez elle : elle n'a pas assez de contractions ! Alors que moi je suis à 6 mois et demi et je dois rester Ahahahahah !!!

A la fin des tests, il est minuit, je suis donc obligée de rester et dormir sur place pour absolument calmer ces contractions :-/ Je me sens perdue : sans affaire, je partage la chambre d'une inconnue que nous réveillons en pleine nuit (la pauvre !) et j'ai faim puisque je n'ai pas mangé. La nuit a été horrible, je me retrouve dans une chambre à côté des aérations qui font le bruit d'un moteur d'avion et mes contractions qui sont toujours douloureuses. Ma voisine de chambre ne dormait pas non plus. Nous avons donc commencé à papoter dans le noir et partager nos galères jusqu'à 3 heures du mat' ! Finalement après épuisement, j'arrive enfin à m'endormir...

Le lendemain, ptit déj' à 7h30, une sage femme vient me faire tous les prélèvements : urines, sanguins et vaginal :-/

A 10h : le gynécologue vient me voir pour m'expliquer que je dois rester sous surveillance pendant 48 heures avec une cure d'Adalate 20 toutes les huit heures et des injections de Célestène pour développer les poumons de bébé s'il décidait de pointer son nez maintenant :-/ Assez flippant !

Me voilà donc parée pour la guerre et prête à passer ces quelques jours à l'hopital avec en prime la possibilité d'être en chambre particulière. Ben oui ma copine voisine de chambre était partie :-(

En résumé, je suis restée un jour de plus finalement. J'ai été chouchoutée par mon entourage, j'ai matée des heures et des heures de TV en comatant, j'ai regardé le soleil par la fenêtre, j'ai mangé à 18h20 le soir mais je n'avais qu'une seule chose à penser : à mon bébé !

Publié dans santé, Anecdotes

Commenter cet article